L’évaluation 

 

Parler d’évaluation ou d’autoévaluation suppose que nous évoquions les principes qui ont guidé nos associations de jumelage coopération pendant toutes ces années. Sans être exhaustif, notre démarches’appuie sur les caractéristiques suivantes :

• Travailler en confiance sur un pied d’égalité : ce qui signifie la signature de conventions entre la collectivité de Bessines et le village d’Ezimé (représenté par l’Autorité civile et l’Autorité traditionnelle en l’absence de collectivité dûment constitué) et entre collectivité et association de jumelage coopération. Ces conventions précisent le rôle et les responsabilités de chacun.

• Valoriser les compétences locales :. Elles existent et elles sont plus nombreuses. Notre expérience de ces années de coopération nous en apporte l’appréciation : tous les projets et programmes ont été montés par l’AJEB, sur place dans le village d’Ezimé, avec les autorités locales (civiles et traditionnelles), les techniciens locaux et régionaux existants.

• Rechercher les qualités, les compétences :  les projets , programmés et mis en œuvre par et dans le village d’Ezimé, correspondent à des attentes fortes; ils ont fait l’objet de discussions et de décisions. Intégrés dans leur organisation villageoise, ces réalisations sont utilisées et entretenues.

• Avancer sur des programmes cohérents et pluriannuels : la capacité à déterminer les projets, de les élaborer, de les réaliser,  invite à  les inscrire dans un plan de développement pluriannuel..

• Laisser la propriété de la réalisation à Ezimé : sa gestion, le fonctionnement, l’entretien, l’amortissement ou le renouvellement, les méthodes pédagogiques… relèvent entièrement de l’organisation du village d’Ezimé. La réalisation devient alors la propriété de l’AJEB à défaut de collectivité territoriale établie.

• Rechercher  toujours plus d’autonomie : c’est un objectif partagé.

• Préparer Ezimé à « devenir » seule ou avec d’autres villages une collectivité territoriale : le projet de loi portant création de communes existe, il peut être mis en œuvre quand l’Etat Togolais le décidera. Dans l’immédiat, il s’agit donc de travailler en collaboration avec les institutions locales (ou ce qui en tient lieu) et sur la base de leurs programmes. Et donc, Ezimé participe de fait dans les montages financiers des projets et programmes. Tout comme Bessines avec une ligne budegtaire coopération

• Travailler au service d’un développement humain au sein de la collectivité locale en particulier pour l’éducation de base et la culture, la santé publique et donc l’assainissement et l’environnement. Dans tous ces domaines prioritaires au développement humain les services publics de base sont indispensables.

•  Cela signifie que nous devons travailler dans la continuité et la durée.

• Réaliser régulièrement, une autoévaluation sur la base d’une grille d’analyse englobant ces différents points et avec un questionnaire commun dans les deux collectivités. L’objectif étant d’améliorer qualitativement cette coopération de proximité en associant à cette réflexion critique et constructive le maximum d’acteurs de part et d’autre.

• Fort de ses principes, l’évaluation de notre coopération est une nécessité pour vérifier que les actions entreprises de part et d’autre sont cohérentes et pertinentes avec le projet défini par les différents partenaires associations et collectivités.

 

 

Deux auto-évaluations ont été réalisées en 2001 et 2006.

  • Au terme de sept années de coopération, en 2001, nos deux associations ont ressenti la nécessité de s’accorder  un temps de réflexion et d’analyse sur ces années. Une démarche commune engagée au sein des deux associations a permis d’identifier un accord sur le processus de coopération et la confirmation d’une confiance établie et nécessaire à la poursuite du jumelage coopération.

  • En 2006, cette auto-évaluation  souligne l’ouverture de chacun à ces échanges, la nécessité d’aller vers plus d’autonomie notamment par une formation appropriée aux règles budgétaires, de programmes pluriannuels de développement.  Comme le relève une personne d’Ezimé : « somme toute le dépouillement des questionnaires nous a permis d’apprécier l’ouverture d’esprit et la contribution positive des eziméens pour la réussite du jumelage. Ces apports éclaireront les animateurs des associations afin de répondre aux préoccupations des uns et des autres »..

De l’accompagnement vers l’autonomie d’Ezimé, il appartient également à Ezimé de se nourrir d’expériences réussies dans les pays voisins….

  • En 2012, nos associations ont fait appel à un regard extérieur. En conclusion, nous relevons : « L’accompagnement, à travers le jumelage, du village d’Ezimé vers l’autonomie est aujourd’hui en bonne voie. » L’ AJEB est interpellé plus particulièrement sur la consolidation des acquis de ces 20 années : un travail en partenariats avec d’autres collectivités ou associations locales…et ASCOBE doit préciser son rôle et ce qu’elle souhaite faire dans les années à venir tout en soulignant que ses connaissances de réseaux ou opportunités peuvent apporter une aide précieuse.